Switch Language

Désir d’enfant

Stress et désir d’enfant

Une femme stressée est assise dans un canapé.

Cet article offre des informations autour des questions suivantes:

Comment éviter la pression de la réussite lorsqu’on désire un enfant?

Le stress a-t-il un impact sur la réussite de la phase de conception?

Comment gérer la pression de la réussite lorsqu’on projette d’avoir un enfant?

Nous avons bien souvent un quotidien trépidant. Une vie professionnelle exigeante, des factures à payer et l’envie d’avoir une vie sociale et familiale active – tout cela peut être éprouvant. Et si, en plus, votre partenaire et vous essayez activement d’avoir un enfant, il est quasiment inévitable que vous soyez stressés. Réduire de manière ciblée votre stress pendant la phase de désir d’enfant vous aidera à aborder votre parcours prénatal avec calme et gaité.

Vous trouverez dans ces pages plus d’informations sur les thèmes suivants:

    Il est normal de se sentir stressée lorsqu’on désire activement avoir un enfant. Vous vous lancez dans un parcours qui va changer votre vie et fait se poser de nombreuses questions. 

    Toutes les femmes ne tombent pas enceintes du jour au lendemain. Cela peut aussi être une source de stress. Dans un monde où tout tourne autour de la vitesse – le coursier sonne à votre porte 15 minutes après la commande de votre repas en ligne et la nouvelle série Netflix est accessible en un simple clic – attendre que «cela prenne» peut être source de frustration. 

    Gardez à l’esprit que se poser infatigablement des questions telles que «Suis-je enceinte?», «Quand serais-je enfin enceinte?», «Puis-je vraiment tomber enceinte?» est contre-productif. Ce conseil vous semble peut-être d’une banalité déconcertante, mais il faut que vous restiez la plus détendue et la plus réaliste possible. Que dit déjà le proverbe? Tout vient à point à qui sait attendre.

    Toutes les méthodes destinées à réduire le stress ou à le surmonter ne conviennent pas à toutes les femmes. Il est essentiel que vous déterminiez ce qui vous fait du bien afin que vous puissiez apprécier cette phase et améliorer vos chances de réussite.

    • Renseignez-vous. Si posséder des connaissances factuelles vous semble important, lisez des livres spécialisés ou informez-vous en ligne sur cette partie de votre parcours prénatal. Connaître toutes les données pourra vous aider à vous sentir plus sûre. 
    • Faites (modérément) du sport. Lorsqu’on désire un enfant, le sport contribue non seulement à être en bonne santé physique, mais aide aussi à garder le moral. Le sport peut améliorer votre sommeil et entraîner la libération d’endorphines qui ont naturellement une action anti-douleur. Exercices de respiration, méditation ou yoga doux auront aussi des effets positifs sur votre état d’esprit.
    • Considérez que votre désir d’enfant est une affaire privée. Plus les personnes auxquelles vous en parlerez seront nombreuses, plus on vous posera des questions. Ne vous confiez qu’à des personnes fiables qui peuvent vous soutenir.

    Si cela fait déjà un certain temps que vous essayez activement d’avoir un enfant sans parvenir à vos fins, il se peut que vous sentiez le stress et la pression monter. 

    Alors que certains couples n’ont à attendre que quelques mois pour voir leur désir se concrétiser, cela prend nettement plus de temps pour d’autres. La plupart des couples réussissent à concevoir un enfant de manière naturelle en un an. Une année peut paraitre une éternité, si bien qu’on a parfois presque envie d’abandonner. Parlez toujours avec votre partenaire de votre ressenti respectif et restez aussi positive que possible. Si vous avez moins de 35 ans et que cela fait 12 mois que vous essayez d’avoir un bébé sans succès ou si vous avez plus de 35 ans et que vos tentatives sont infructueuses depuis six mois, parlez-en avec votre médecin. Un couple sur six aurait une fertilité limitée. De nombreuses options thérapeutiques existent face à de tels problèmes.